« De quoi sont faits les youtubeurs scientifiques ? » : profils socio-culturels et trajectoires. 

Par Clémence Perronnet

YouTube est le réseau social le plus consulté par les 15-25 ans (76 % le consultent tous les jours ou presque) et 30 % des jeunes disent y regarder des vidéos de sciences. Interrogés plus spécifiquement à partir d’une liste de thématiques, ce sont même 76 % des jeunes qui identifient au moins un sujet scientifique pour lequel ils regardent des vidéos (Vincent et al, 2020).

Alors que les pratiques, la connaissance et la compréhension sociologiques de ces nouvelles formes de vulgarisation scientifique sont encore lacunaire. Si de nombreux travaux documentent bien les transformations globales des pratiques culturelles à l’« ère numérique » de la dématérialisation et de la mise en réseau des contenus culturels (Octobre, 2014) et établissent la généralisation des usages d’Internet et la fréquence d’utilisation croissante chez les jeunes publics des plateformes comme Facebook, Instagram, Snapchat et YouTube (Balleys, 2017), la sociologie a encore peu interrogé les contenus que transmettent ces nouvelles instances de socialisation, leurs conditions de production et leurs effets pour les usagers. L’enjeu de cette communication est d’apporter un éclairage sur celles et ceux qui produisent les contenus scientifiques mis en ligne sur YouTube. Qui sont les youtubeurs et youtubeuses à succès dans le champ de la vulgarisation ? Qu’est-ce qui motive la poursuite d’une activité professionnelle sur ce média social ? Quels sont les compétences, les savoir-faire et les capitaux culturels, économiques et sociaux qui autorisent et facilitent la médiation sur cette plateforme ? Les résultats présentés s’appuieront sur 14 entretiens semi-directifs réalisés en 2020 avec des vidéastes de vulgarisation scientifique, dont 10 hommes et 4 femmes. Ils s’inscrivent dans une recherche plus large encore en cours sur les 15-25 ans et les youtubeurs scientifiques pilotée par l’association Lecture Jeunesse.

Dans un premier temps, cette communication explorera les profils des vidéastes en mobilisant les concepts de capitaux sociaux et culturels pour identifier la palette de biens, de compétences, de connaissances et de reconnaissances qui permettent de devenir youtubeur ou youtubeuse scientifique. Alors que les vidéastes donnent l’impression d’être une population très hétérogène, l’analyse sociologique de leur profil met en évidence des caractéristiques partagées : ce sont pour la plupart des hommes blancs trentenaires titulaires d’un diplôme élevé en sciences et techniques (master, doctorat), voire pour certains d’un diplôme complémentaire en médiation ou communication scientifique. La majorité d’entre eux sont issus des classes moyennes et favorisés et occupent une position sociale de dominés des dominants caractérisée par de forts volumes de capitaux culturels mais des capitaux économiques restreint. Ils partagent aussi une grande proximité à la culture traditionnelle (fort attachement et pratiques des arts plastiques et visuels). Au sein du groupe, la plus grande variation est celle des rapports à l’institution scolaire et aux études scientifiques.

Dans un second temps, j’aborderai les conséquences que ces configurations sociales ont pour la production des vidéos d’une part et pour les trajectoires d’autre part.  Côté production, il s’agira de mettre en évidence le travail et la mobilisation des capitaux dans la réalisation et les contenus des vidéos (travail quotidien, type de financement, usages des sources…). Enfin, j’explorerai la façon dont les agencements variables de dispositions et de capitaux sont en mesure d’expliquer les différentes carrières (professionnalisantes ou non) et différents rapports aux institutions scientifiques et culturelles (convergence ou rejet).

 

Bibliographie indicative

Adenot P., 2016, « Les pro-am de la vulgarisation scientifique : de la co-construction de l’ethos de l’expert en régime numérique », Itinéraires. Littérature, textes, cultures, 3.

Balleys C., 2017, « Socialisation adolescente et usages du numérique. Revue de littérature », Rapport d’étude de l’INJEP.

Chambru M., Polge J., 2019, « YouTubeurs et institutions : de nouveaux formats pour la médiation scientifique », The Conversation.

Octobre S., 2013, « La transmission culturelle à l’ère digitale », L’Observatoire, 1, 42, p. 98‑101.

Vincent A., Chaniot C., Lapointe M., 2020, « Les 15-25 ans et les YouTubers scientifiques », Lecture Jeunesse et IPSOS.

Vocale M., 2018, Examen de la légitimité et de la responsabilité des vulgarisateurs francophones sur YouTube : enjeux institutionnels et vidéastes indépendants, Thèse de doctorat, mémoire dans le cadre du Magister de médiation culturelle et communication scientifique, Conservatoire national des arts et métiers.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.