Créateurs-rices de contenus sur les plateformes en ligne ~ Argumentaire

Cette journée d’étude regroupera des chercheur•se•s qui ont engagé des travaux empiriques dans ce domaine à partir de terrains divers : de la création de contenus audio-visuels dédiés aux jeux vidéo ; à la pornographie ; aux tutoriels ; à la vulgarisation scientifique ; etc. Ils et elles exploreront les aspects du travail de conception, de production et de diffusion de ces créateur•ice•s, par lesquels ils et elles se mettent en scène (audio et/ou visuel) et gagnent une plus ou moins grande notoriété sur internet. Cette journée d’étude souhaite ainsi explorer la diversité de ce secteur, afin de tisser des liens entre différents travaux et approches scientifiques, et de construire une perspective pluridisciplinaire autour de ce sujet.

Le terme de « plateforme numérique » est à l’origine issu du monde managérial des années 1980 où il signifiait une manière de produire en prenant en compte les différents éléments constituant la marchandise. Depuis le début des années 2000, il est employé pour décrire les « systèmes techniques et [les] acteurs économiques, depuis les médias sociaux jusqu’aux systèmes d’exploitation, en passant par les magasins d’applications et les places de marchés » (Beuscart & Flichy, 2018). Ce terme s’est imposé progressivement pour qualifier des sites internet très différents : réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.), sites de diffusion de contenus vidéo en ligne (Youtube, Twitch, etc.) ou encore sites marchands comme Amazon et Ali Express. 

Face à l’intensification de la création de contenus audiovisuels – ou audio et visuels – par des créateur•ice•s souvent amateur•e•s, différentes recherches se sont attachées soit à étudier l’audience et les publics des plateformes numériques (Ethis, 2005 ; Livingstone, 2005), soit à analyser le rôle et la place de ces plateformes dans des marchés préexistants (Beuscart, 2007). Ces travaux laissent entrevoir la pluralité des usages des consommateurs de ces plateformes, dont certains d’entre eux s’avèrent être également des producteurs. Cette journée d’étude propose ainsi de s’intéresser à ces créateur•ice•s de contenus qui, au travers de ces plateformes numériques, créent et diffusent des contenus audio-visuels.

Parmi ces productions culturelles en ligne, nous en distinguons deux types : amatrices et professionnelles. La frontière entre ces deux dimensions est poreuse : ces productions peuvent constituer un travail « à côté » (Weber, 2001 (1989) ou un « autre travail » (Flichy, 2017). Pour ne pas présupposer d’un clivage strict entre activité gratuite et rémunératrice, qui pourrait être questionnée dans le cadre des activités de production sur des plateformes (Youtube ou Twitch par exemple) avec leur système de rémunération au nombre de vues ou via des dons, nous considérons qu’il s’agit d’un travail tel que Dorothy Smith le définit en analysant les activités domestiques féminines : « tout ce que les gens font qui demande du temps, dépend de conditions définies, est effectué dans des lieux particuliers et concrets, et est intentionnel » (Smith, 2015). Nous proposons de porter une attention particulière à l’imbrication de ce travail de production, primaire ou secondaire, dans le quotidien des créateur•ice•s, en questionnant son organisation et les aspects pratiques de sa réalisation. Pour la majorité des créateur•ice•s de contenus, ce travail se révèle bien souvent insuffisant en tant que revenu principal : il est alors complété par un emploi « alimentaire », ou encore vient s’accoler à une activité professionnelle ou à de formation. Les différentes modalités et articulations de cette « multi-activité » questionnent sa place dans le quotidien et ses potentielles conséquences dans d’autres sphères que celles du travail, notamment dans la sphère domestique, familiale, ou amicale, où cette juxtaposition des tâches et des relations au quotidien peut entraîner des tensions, voire des conflits.

Étudier le quotidien de ces créateur•ice•s implique également d’interroger ce qu’ils et elles laissent voir de leur intimité au sein de leur production. Par ailleurs, si le travail de création d’un contenu audiovisuel se compose nécessairement d’actions comme filmer, photographier, enregistrer, commenter, monter et publier, il se structure également autour de la création d’un personnage public, dont la valeur est mesurée à l’aune de son authenticité (Coavoux, Roques, 2021 ; Dumont, 2018) – une qualité non-définissable, mais qui recouvre les idées de singularité, de « paraître vrai », unique ou naturel. Dans un marché saturé, et par conséquent, très concurrentiel (Auburtin, 2016 ; Burguess, 2008), cette caractéristique peut apparaître comme élément distinctif (Peterson et Anand, 2004). En effet, les créateur•ice•s de contenus opèrent une construction de l’authenticité à des fins promotionnelles envers un public constitué de professionnels (Dumont, 2018), ou d’une « communauté », c’est-à-dire leurs spectateur•ice•s régulier•e•s (Brasseur et Finez, 2019). Dans une autre logique, la capitalisation sur l’authenticité peut conduire à interroger le rôle du fonctionnement des plateformes elles-mêmes dans le cadrage de la production : se raconter et se mettre en scène devient en ces lieux une forme de marchandisation de soi en vue d’une professionnalisation incertaine. On retrouve d’ailleurs ici, des traits caractéristiques du travail contemporain comme le décrivent Boltanski et Chiapello (1999).

Cette journée d’étude s’intéressera enfin à la relation entre le•a créateur•ice et sa communauté. En effet, les différentes études sur le travail de ces producteurs et productrices de contenus montrent l’importance de l’investissement interactionnel avec sa communauté (Beuscart, 2008), comme partie intégrante du travail. Des polémiques ont ainsi vu le jour sur les réseaux sociaux autour du travail gratuit des communautés, sollicitées par les vidéastes en ligne lors de concours pour les faire participer à la création de leurs contenus. Ce phénomène courant questionne le travail et les capitaux investis dans la production du contenu, et interrogent plus largement les formes de rémunération, de reconnaissance, et/ou de délégation et d’exploitation de tierces personnes, que l’on pourrait considérer comme des travailleur•se•s de l’ombre (monteurs, modérateurs de chats, graphistes etc.). Par conséquent, il serait pertinent d’évaluer plus finement les rapports de pouvoir entre créateur•ice•s et publics, et de démontrer que la « coproduction » des contenus et la « participation » impliquent aussi des dynamiques d’exploitation (Bouquillon & Matthew, 2010). In fine, la production d’un contenu en ligne, et son succès, semblent moins dépendre des dispositifs offerts par les plateformes numériques que du travail de mobilisation des ressources (Fine, 1989) et des réseaux constitués autour des créateurs et créatrices de contenus.

Le vendredi 22 octobre 2021 à partir de 9 heures à la Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais 75005 Paris.

Inscription : ICI  (close)

 

1 réflexion sur « Créateurs-rices de contenus sur les plateformes en ligne ~ Argumentaire »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.