“Je caresse pas les gens dans le sens du poil”. Authenticité et confiance dans la production de vidéos de tarot en ligne

Par Emmanuelle Guittet et Quentin Gilliotte

Une récente enquête de l’institut Ifop publiée en décembre 2020 montre, depuis une vingtaine d’années, un regain de l’intérêt des Français pour les “parasciences”, qu’il s’agisse de l’astrologie (41% des français interrogés déclarent y croire, soit 8 points de plus qu’en 2000) ou de la voyance (26% en 2020, 8 points de plus qu’en 2000). Ce regain d’intérêt pour l’astrologie et la cartomancie s’accompagne de nouvelles pratiques numériques. Parmi elles, on trouve sur Youtube en particulier des personnes publiant des vidéos de taroscopes, une pratique consistant à effectuer des tirages de cartes de tarot ou d’oracles à partir des signes astrologiques pour une période donnée (par exemple, “Les Gémeaux pour le mois de janvier 2021”). A l’inverse des consultations traditionnelles d’astrologie ou de cartomancie, fondées sur un face-à-face entre un·e voyant·e et un·e consultant·e – ces vidéos ont la particularité de s’adresser à une vaste audience : le tirage – ainsi appelé “tirage général” – est fait pour l’ensemble des porteur·ses du signe et doit donc pouvoir s’adresser à un grand nombre d’individus.

Ces différentes vidéos se situent au carrefour de nombreuses pratiques déjà étudiées par la sociologie, que ce soit l’astrologie et les horoscopes (Adorno, 1956 ; Allum, 2011 ; Esquerre, 2013 ; Evans, 1996, Perreti-Watel, 2002), la cartomancie et la voyance (Berthod, 2007 ; Colera, 2017 ; Wooffitt, 2000), la sorcellerie (Favret-Saada, 1977 ; Contreras et Favret-Saada, 1990 ; Luhrmann, 1989) mais aussi plus globalement tous les métiers autour du coaching et du développement personnel (Requilé, 2008), en prenant ici des formes renouvelées sur les plateformes socionumériques. La plupart des tirages concernent des thèmes récurrents (santé, vie sentimentale, professionnelle, familiale), ce que remarquent déjà les travaux cités plus haut, et produisent tout particulièrement des discours visant à caractériser les individus eux-mêmes (qui ils sont, ce qu’ils veulent, ce qu’ils attendent, leurs qualités et leurs défauts) et les contextes du passé, du présent et du futur.

Les commentaires présents sous chaque vidéo ainsi que les premiers entretiens menés aussi bien avec les productrices1 qu’avec des consommateur·trices montrent bien la présence d’une fidélité à certaines de ces youtubeuses (au détriment d’autres) et d’une confiance durablement installée, ce qui amène à interroger les raisons du maintien d’une telle confiance. La consultation régulière et l’adhésion à ces vidéos impliquent une certaine croyance à la fois en l’astrologie, en la cartomancie, et en une capacité plus générale des youtubeuses à produire des discours roboratifs (Esquerre, 2013), qui aident à faire des choix, à mieux se connaître, etc. Mais sur quoi se fonde la confiance des consommateurs de ces vidéos envers ces youtubeuses ? Comment ces youtubeuses parviennent-elles à produire des discours qui parlent à des audiences larges, à partir du tirage de cartes et de la mobilisation de signes astrologiques ? Comment créent-elles un lien de confiance entre elles et leurs abonné·es qui pour certain·es les consultent également dans le cadre de guidances (payantes) personnalisées ? Enfin, sur quoi repose leur légitimité à jouer ce rôle dans la vie des individus qui les regardent/les consultent ?

Dans le cadre d’une enquête plus large portant à la fois sur la production et la consommation de vidéos de taroscope en ligne, cette proposition s’appuie sur une vingtaine d’entretiens semi-directifs (13 actuellement effectués) avec des youtubeuses, et s’intéresse à l’ensemble de leurs activités de « guidance », aussi bien sur et en dehors de la plateforme (tirages individuels, consultations, ateliers, activités de coaching, etc.).

Après avoir rapidement décrit le type de vidéos produites par ces youtubeuses et les parcours et contextes dans lesquels elles ont monté leur chaîne et développé une activité professionnalisée (ruptures professionnelles, situations de précarité, perte de sens au travail) (Abdelnour, 2017 ; Landour, 2019), nous évoquerons les différentes formes professionnelles prises par l’activité ainsi que les revenus auxquels ces dernières donnent lieu, et reviendrons plus particulièrement sur les compétences rendues nécessaires par cette activité. Alors que certains travaux mettent en avant l’importance de l’interaction avec le client dans l’efficacité du tirage de cartes (Esquerre, 2013 ; Jorgunsen et Jorgunsen, 1982), comment tisser une narration sans audience à laquelle se raccrocher ? Comment véhiculer des prédictions sur des vécus, des ressentis, des expériences émotionnelles (Hochschild, 2017) sans éléments pour se rattacher aux expériences individuelles ?

Dans un second temps, nous reviendrons sur les différentes manières par lesquelles les youtubeuses construisent l’authenticité de leur activité (Coavoux, Roques, 2020), et montrerons notamment que cette authenticité repose sur des éléments distincts, selon les représentations qu’elles associent à leur pratique et les attentes qu’elles perçoivent comme étant celles de leurs abonné·es. Deux axes d’analyse ressortent déjà fortement et viennent structurer les profils et les pratiques. Un premier axe se structure autour de la question du désintéressement, par laquelle les enquêtés distinguent les personnes compétentes des charlatans, les personnes altruistes (qui ne comptent pas leur temps, ne sont que peu intéressée par l’argent) des personnes intéressées (celles qui “profitent”, qui “arnaquent”). Un deuxième axe oppose les youtubeuses selon différents registres de pratiques, entre celles relevant du pôle de la voyance, qui construisent leur authenticité sur le don, l’inné, l’intuition, et le pronostic (Zeitlyn, 2012), et celles mettant en avant la dimension psychologique de leur activité, qui capitalisent davantage sur leurs expertises et leur capacité à accompagner dans le temps présent les individus au sein d’une entreprise de développement personnel, de transformation de soi, de diagnostic.

Bibliographie indicative

Abdelnour, Sarah. 2017. Moi, petite entreprise. Les auto-entrepreneurs, de l’utopie à la réalité. Presses Universitaires de France. 

Adorno, Theodor. 2000. Des étoiles à terre. La rubrique astrologique du « Los Angeles Times ». Étude sur une superstition secondaire, Paris : Exils Éditeur [Trad., de The stars down to earth and others essays on the irrational in culture, London, Routledge, 1994[1956]].

Allum, Nick. 2011. « What Makes Some People Think Astrology Is Scientific? », Science communication, 33(3), 341-366.

Berthod, Marc-Antoine. 2007. Doutes, croyances et divination – Une anthropologie de l’inspiration des devins et de la voyance, Paris : Antipodes.

Coavoux, Samuel, et Roques, Noémie. 2020. « Une profession de l’authenticité. Le régime de proximité des intermédiaires du jeu vidéo sur Twitch et YouTube », Réseaux, 224(6), 169-196.

Colera, Christophe. 2017. Les médiums: Une forme de chamanisme contemporain, Paris : L’Harmattan.

Contreras, Josée et Favret-Saada, Jeanne. 1990. « Ah ! La féline, la sale voisine… », Terrain [En ligne], 14 | mars 1990, mis en ligne le 17 juillet 2007.

Esquerre, Arnaud. 2013. Prédire: L’astrologie en France au XXIe siècle. Paris : Fayard.

Evans, 1996, « Divining the social order: class, gender, and magazine astrology columns », Journalism & Mass Communication Quarterly, 73(2), 389-400.

Favret-Saada, Jeanne. 1985. Les mots, la mort, les sorts. Paris : Gallimard.

Hochschild, Arlie Russel. 2017 [1983]. Le prix des sentiments. Au cœur du travail émotionnel. Paris : La Découverte.

Jorgensen, Danny L. et Jorgensen, Lin. 1982. « Social Meanings of the Occult », The Sociological Quarterly, 23 :373-389

Louessard, Bastien, et Farchy, Joëlle. 2018. Scène de la vie culturelle: YouTube, une communauté de créateurs. Paris: Mines ParisTech : PSL.

Landour, Julie. 2019. Sociologie des Mompreneurs: Entreprendre pour concilier travail et famille. Villeneuve-d’Ascq : Septentrion.

Luhrmann, T.M. 1989. Persuasions of the Witchs Craft – Ritual Magic in Contemporary England. Harvard University Press.

Pereira Gonçalves, Kelber. 2020. « Former une ambiance sacrée. L’élaboration de « cahiers de prières » et les pratiques dévotionnelles de jeunes brésiliennes sur YouTube ». RESET. Recherches en sciences sociales sur Internet (9). doi: 10.4000/reset.2287.

Peretti-Watel, Patrick. 2002. « Sous les étoiles, rien de nouveau ? L’horoscope dans les sociétés contemporaines », Revue française de sociologie, 2002, (43)1, 3-33

Requilé, Élise. « Entre souci de soi et réenchantement subjectif. Sens et portée du développement personnel », Mouvements, 54(2), 65-77.

Ifop. 2020. Les Français et les parasciences.

Wooffitt, Robin. 2000. « Some Properties of the Interactional Organisation of Displays of Paranormal Cognition in Psychic-Sitter Interaction », Sociology, 34(3), 457-479.  

Zeitlyn, 2012, « Divinatory Logics. Diagnoses and Predictions Mediating Outcomes », Current anthropology, 53(5), 525-546. 

1 En raison de la dimension fortement genrée de la pratique de production de vidéos de guidance sur Youtube, nous parlerons au féminin lorsque nous évoquerons les productrices de ces vidéos. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.