Twitch comme dispositif biographique : du récit de vie au récit de chaîne

Par Nathan Ferret

L’activité des streamers et des streameuses sur la plateforme Twitch repose sur un « régime de proximité » avec leur audience, dans lequel la mise en scène de soi comme individu singulier, original et authentique est centrale (Coavoux et Roques, 2021). Ainsi placé.e.s dans une posture réflexive par rapport à leur identité, qu’il s’agit de définir et de mettre à l’écran dans des formats en grande partie contraints par le dispositif Twitch, les streamers et les streameuses réalisent un certain « travail biographique » (Strauss, 1992) qui se déploie à la fois sur la plateforme et en dehors. Si cette séparation entre la biographie en ligne et celle hors-ligne est génératrice d’écarts, de tensions entre différentes versions du récit de soi, elle est également par là l’occasion de jeux identitaires, de constructions et d’expérimentation de soi qui permettent de donner sens à des trajectoires de vie, et de faire en partie profession de ce sens. Les caractéristiques « communautaires » de la plateforme Twitch relevant de l’interaction avec l’audience fournissent alors une possibilité de validation sociale de ces constructions identitaires, rendant « l’illusion biographique » (Bourdieu, 1986) performative socialement et économiquement. L’investissement et la carrière sur Twitch apparaissent autrement dit comme un processus biographique, à la fois rétrospectif et prospectif : le soi est mis en projet à destination des viewers sous la forme d’une chaîne en ligne, et ce projet impulse en retour une redéfinition identitaire pour le streameur ou la streameuse. Il serait donc trompeur de considérer que le travail biographique de ces streamer.se.s ne serait qu’une mise en scène de soi purement fictive, laissant intacte une identité « hors-écran » : leurs récits de vie montrent au contraire à quel point Twitch est une matrice identitaire qui les amènent à reconsidérer leur histoire et leur trajectoire toutes entières.     

C’est à ce double mouvement de va et vient identitaire – du récit de vie dans Twitch et de Twitch dans le récit de vie –  que cette communication se propose d’éclairer, en montrant qu’il est central dans la dynamique des carrières des streamers et des streameuses. Une attention particulière sera portée aux différences d’origine sociale et de trajectoires afin d’analyser comment le travail biographique propre à l’activité de streamer.e.se y trouve des ressources inégales et comment il conduit en même temps a des redéfinitions identitaires variées, allant de la « découverte de soi » à la remise en question. En somme, l’objectif est d’étudier comment Twitch transforme l’activité biographique en travail, le projet de soi en projet de chaîne, et comment, en retour, ce travail biographique sur Twitch informe une redéfinition identitaire chez les streamer.se.s.

Pour ce faire, la communication s’appuiera sur (au moins, j’espère en avoir réalisé le double d’ici là) 15 entretiens biographiques avec des streamer.se.s aux trajectoires variées (que ce soit dans l’espace de mise en scène de Twitch ou dans l’espace social). Couplé à des séquences d’observations de streams et à la recension des caractéristiques objectives des chaînes des enquêtés (jeux joués, nombre d’abonnés…), il s’agira de mettre en perspective différentes manières de se raconter soi-même, son passé et son futur, avec différentes manières de raconter sa chaîne. Un des premiers résultats que l’analyse des matériaux a alors permis de mettre en évidence est par exemple l’utilisation de Twitch par certain.e.s streamer.se.s comme un véritable outil de développement personnel, raconté avec une tonalité thérapeutique, amenant – selon les caractéristiques sociales des enquêtés – à une « découverte », à une « guérison » ou à un « dépassement » de soi. Un autre est l’importance conjointe de la trajectoire professionnelle et de la carrière de joueur.se dans la manière non seulement de se raconter sur Twitch mais aussi de raconter Twitch : « chance », « destinée », « privilège », « continuité », l’étape de Twitch et son insertion dans l’unité narrative de la vie des streamers.se.s apparaît au travers des matériaux. Ensuite, un autre exemple de résultat est celui de la dimension performative sur Twitch de l’activité identitaire impulsée par l’intégration de Twitch dans le récit de vie : plus les streamer.se.s parviennent à faire sens biographique de leur activité, plus ils semblent parvenir à apparaître authentique aux yeux de leur communauté. Un dernier exemple de résultat, plus général, est l’importance des désajustements et des clivages dans les trajectoires des streamers.se.s, en tant que générateurs d’une réflexivité (Lahire, 1999) centrale dans l’activité biographique sur Twitch.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.