L’histoire numérique

Par Arthur de Forges de Parny

Le développement du « web 2.0 » (O’reilly, 2004) _ la plateformisation de l’Internet qui privilégie les interactions, les échanges de savoirs dans le cadre d’une mutation des rôles entre les producteurs de contenus et les publics(1) a provoqué une véritable révolution numérique, notamment via la plateforme YouTube.
Sa singularité et ses acteurs ont favorisé l’émergence d’un « bac à sable » (Beuscart et Mellet, 2015) c’est-à-dire : « un lieu d’expérimentation permettant aux créateurs d’affiner et d’objectiver des compétences, pour ensuite les faire valoir au sein des mondes de l’art(2) ». Les travaux de Prem Carriou ont révélé que la majorité des YouTubers français tenant une chaîne d’histoire étaient des autodidactes passionnés(3). Cependant, quelques professeurs du secondaire et universitaires ouvrent leur chaîne et, parfois, rencontrent un succès grandissant (Parlons-Y-stoire, C’est une autre histoire, Histony) et la majorité des contenus ont gagné en rigueur et en complexité au fil des années. De nombreux YouTubers ont affiné leurs outils théoriques, questionnant même, parfois, directement des spécialistes pour une relecture d’un script ou lors d’une interview vidéo, publiée ensuite (Nota Bonus). Le succès des chaines d’histoire qui se sont multipliés énormément (surtout depuis 2014) au point de dépasser la barre symbolique des 100 chaînes en 2018, suscite l’intérêt de secteurs connexes tels que l’édition ou les musées qui n’hésitent pas à proposer des publications d’ouvrages ou des collaborations aux YouTubers. Ce succès témoigne, à différentes échelles, d’une véritable organisation du travail et de l’apparition de nouveaux modèles économiques de production et de diffusion des savoirs(4) : « the Pro-Am Revolution » (Leadbeater et Miller, 2004) ; « Pro-Am » pour « Professionnal-Amateurs ».

À la suite d’une observation ethnographique du YouTuber Florian Guillemin (Question d’histoire) lors de la conception complète d’une vidéo, d’une collaboration (en cours) avec
Charlie Danger (les Revues Du Monde) et Benjamin Brillaud (Nota Bene), et face à la pluralité des contenus et des formats des différentes chaînes, il apparaît que, sur YouTube, médiation scientifique et création artistique fonctionnent ensemble. En somme, les YouTubers mobilisent plusieurs types de compétences : apprentissage, recherche de données (sources textuelles et visuelles), prise de vue, de sons, montage, transmission de connaissances, etc. Ces compétences sont au service d’une production de contenus audiovisuels divers et variés, affichant des sensibilités et des ambitions différentes qu’il convient de rapporter à de nouvelles formes d’écriture numérique de l’histoire. Tous produisent des contenus audiovisuels, eux-mêmes composés par l’audio et le visuel. Si certains YouTubers mettent l’accent sur le Face-Cam tandis que d’autres préfèrent la voix off, ces écritures numériques de l’histoire sont profondément marquées par l’association de textes et d’images. Si associer le texte à l’ « écriture » est plus qu’une évidence, il est, cependant, bon de rappeler que le visuel est aussi « écriture » de la même manière que « la fabrique et le montage d’images sont écriture(5)».

Je propose d’explorer dans cette communication certaines spécificités de ces contenus audiovisuels qui, en rencontrant l’informatique, sont devenus interactifs, et de considérer ces écritures multiples de l’histoire comme la marque de nouvelles pratiques culturelles.

(1) Serge Noiret, La digital history : histoire et mémoire à la portée de tous, In. Ricerche Storiche, vol. 41, no 1, janvier-avril 2011, p. 111-148
(2) BEUSCART Jean-Samuel et MELLET Kevin, « La conversion de la notoriété en ligne. Une étude des trajectoires de vidéastes pro-am », Terrains & travaux, vol. 26, no. 1, 2015, pp. 83-104.
(3) Prem Carriou, la vulgarisation française de l’histoire sur YouTube, thèse développée depuis le 06/12/2016, en cours d’achèvement
(4) Je regroupe ces modèles économiques en 4 catégories : Indépendant, Semi-Indépendant, Réseaux, Entrepreneurial.
(5) Jacques Derrida, Trace et archive, image et art, INA, Paris, 2014


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.