Retours de la Journée d’étude : comptes rendus et discussions

Session 1 : Trajectoires et compétences mobilisées par les créateurs·rices de contenus

Interventions : Emmanuelle Guittet, Quentin Gilliotte, Arthur de Forges de Parny et Clémence Perronnet

Discussions : Samuel Coavoux, Tristan Dominguez

La session a été l’occasion d’explorer plusieurs univers de pratiques numériques et de les réinscrire dans des enjeux sociaux. Des tensions ont ainsi pu émerger. Emmanuelle Guittet et Quentin Gilliotte ont par exemple souligné la dichotomie des activités de prédiction en ligne. D’une part on observe une pratique de la cartomancie, plutôt spécifique aux classes populaires, caractérisée par une croyance forte en la dimension prédictive des tirages, et d’autre part, une pratique davantage tournée vers le développement personnel, plus fréquente chez les enquêtées de classes supérieures, où le tarot et les oracles sont utilisés comme prétexte pour parler de soi, avec une relative mise à distance de l’ésotérisme. Arthur de Forges de Parny repérait également des frictions au sein de l’espace des vidéastes d’histoire dans l’adoption des codes issus de la télévision, notamment dans l’usage de l’humour. Enfin, Clémence Perronnet analysait chez les vulgarisateurs et vulgarisatrices de science formelle et de la nature, des polarisations constituées au sein de leurs trajectoires sociales. Ces écarts sont de plusieurs ordres : d’abord, la façon de considérer son activité entre travail ou loisirs ; ensuite, sur le rapport aux institutions ou le rapport à l’écrit. Ces tensions permettent aux individus de se positionner et de se différencier sur les marchés des plateformes, et ainsi de se rendre visible et distingués auprès des spectateurs.

Nous postulions initialement que l’arrivée du numérique a été considérée comme une promesse d’abaissement des barrières à l’entrée de certaines pratiques, en rendant accessible certains secteurs ne demandant pas de preuves de compétences, de diplômes ou de réseaux spécifiques. Toutefois, ces observations interrogent les modes d’accès à la visibilité et à la reconnaissance. Cette session a montré de quelles manières les dispositions nécessaires à la création et à la mise en visibilité des contenus sont mobilisées, comment des formes d’authenticité sont construites, et a décrit finement la division des tâches existantes au sein de ses espaces. Ces différentes démonstrations ont ainsi permis de de parler d’une “démocratisation en trompe l’œil”, étant donné que ces différentes compétences sont inégalement distribuées et que les trajectoires sociales sont déterminantes dans la réussite et/ou la continuation des activités.

Une des ouvertures de cette session a mis en avant la pertinence d’étudier l’acquisition des dispositions permettant la distinction, comprise autant dans le sens de la capacité cognitive à distinguer la qualité, que la segmentation des tâches sur un marché qui entraîne une hyper-spécialisation. Ceci permettrait de saisir les dynamiques qui positionnent les individus, en lien avec les logiques des plateformes et leur structure.

Session 2 : Le travail de l’intime et du quotidien

Interventions : Anaïs Garestier, Joseph Godefroy, Samuel Vansyngel

Discussions : Vinciane Zabban, Noémie Roques

La deuxième session s’est intéressée au travail quotidien, et à ses dimensions intimes. Comment ces producteurs et productrices articulent-ils vie privée et vie professionnelle ? Comment capitalisent-ils sur ce quotidien ? Le mettent-ils en scène, ou s’appuient-ils sur les ressources que constitue parfois leur entourage ? 

Anaïs Garestier a présenté une partie des résultats de son étude de master. Elle expose le rôle des conjointes dans le travail des vidéastes du web, et montre plus largement comment se construit une authenticité familiale, avec la mise en scène de relations interpersonnelles sur différents réseaux. En illustrant ses propos par des extraits de terrain issus d’une fréquentation régulière de ce milieu et d’une veille sur les réseaux sociaux des enquêtés rencontrés, elle montre la forte continuité entre vie professionnelle et vie privée des streamers. Joseph Godefroy a poursuivi cette réflexion depuis un type de contenu davantage contrôlé que celui qui est diffusé en direct, c’est-à-dire les publications Instagram des influenceuses fitness et culinaires. Il englobe donc dans l’entourage des productrices ses pairs, c’est-à-dire les autres créatrices de contenu, et montre le travail de distinction nécessaire pour se démarquer de la forte offre de contenu. Samuel Vansyngel a clos ce cycle d’intervention en développant une réflexion originale sur les streamers amateurs dans l’esport. Il s’intéresse aux raisons pratiques de la diffusion dans le milieu amateur de l’esport et se fonde sur une ethnographie de plusieurs années pour montrer ce que les esportifs amateurs se lançant dans le stream cherchent à atteindre : partenariat, visibilité et performance d’interconnaissance professionnelle et amicale. 

Les discussions qui ont suivi relèvent que les trois interventions amènent des questionnements autour des propriétés classiques du numérique, qui ont été interrogées tout au long de cette journée. Le brouillage des frontières entre vie publique et vie privée, induit par le numérique, se trouve exploité sur le mode de la marchandisation du quotidien. Loin d’être une entreprise individuelle, les intervenants ont montré la dimension extrêmement collective de cette pratique : Anaïs Garestier par rapport au couple et aux proches, Joseph Godefroy par rapport aux pairs créateurs et aux entreprises, et Samuel Vansyngel par rapport aux structures associatives. Ces différents contextes de production influencent directement les enjeux liés à la gestion de l’incertitude. Pour les influenceuses fitness et culinaires, l’incertitude est une figure repoussoir, les poussant à délaisser le direct. Ainsi, sur le terrain de Joseph Godefroy, l’intimité est davantage anticipée et mobilisée de manière contrôlée. Pour les streameurs amateurs étudiés par Samuel Vansyngel, la question de l’intime ne se pose pas. La sélection de ce qui est mis en scène porte avant tout sur quels matchs sont montrés, ou non. 

Vinciane Zabban ouvre la discussion par la comparaison de la conjugalité dans le cadre du streaming  avec les travaux de Viviana Zelizer autour des transactions intimes ; quelles sont les négociations dans le cadre de rupture, notamment autour de l’évaluation de la valeur des contributions des deux conjoints ? Anaïs Garestier rappelle les conséquences du travail invisible qu’accomplissent les conjointes des streamers d’une part, et les cas où les métiers des conjointes sont directement liés à l’image de marque des conjoints d’autre part. Ainsi, une rupture conjugale conduit à rendre difficile le transfert de ces capitaux professionnels. Les séparations sont pensées en amont de leur publicisation, quand les relations amoureuses ne sont pas simplement dissimulées au public, afin de permettre une poursuite sereine de la carrière des femmes. Le rôle de régulation des plateformes sur les formes d’irruption de la vie privée dans les contenus, et le respect de ces régulations, se retrouve à différents niveaux dans ces trois travaux. Selon Joseph Godefroy, la plateforme propose une fonctionnalité de déclaration des partenariats, qui n’est pas saisie par les influenceuses fitness et culinaires. Anaïs Garestier relève que ce sont davantage les consignes de modération qui sont scrutées par le public. Quant aux professionnels, elle note une différence notable entre les différents indépendants. La négociation avec la plateforme dépend alors du poids du professionnel. Enfin, Samuel Vansyngel souligne que la présence d’un public de pairs, en comité restreint, permet une certaine liberté avec son image (comme avec la consommation de drogue en direct).

Session 3 : Présentation et production de soi sur les plateformes

Interventions : Nathan Ferret, Emilie Bellonie, Noémie Roques

Discussions : Valérie Beaudouin, Quentin Gervasoni

La troisième et dernière session a traité de la présentation et de la production de soi sur les plateformes numériques. La première communication, par Nathan Ferret, proposait une analyse de Twitch à travers la question du récit biographique, à deux égards.  D’une part il montrait, à l’instar d’autres présentations comment Twitch est devenu un outil central pour le récit biographique des streamers. Il a d’autre part offert des pistes d’analyses de la mise en récit de soi en stream. Émilie Bellonie a analysé la façon dont une célèbre plateforme française de vente fétichiste encadre les logiques de présentation de soi des vendeuses, mais aussi les négociations et résistances de ces dernières. Enfin, Noémie Roques a donné à voir la manière dont les loisirs des adolescentes et adolescents en milieu rural sont investis dans la production de vidéos au format court qui enrichissent ces pratiques de loisirs et s’insèrent dans leurs sociabilités. 

De cette session nous pouvons retenir trois éléments centraux. Tout d’abord, les différentes interventions ont rappelé, dans la continuité de la sociologie des usages du numérique, l’articulation forte entre les pratiques en ligne et hors ligne, contre l’opposition réel/virtuel qui persiste encore parfois dans certaines analyses. Qu’il s’agisse des pratiques de streaming étudiées par Nathan Ferret ou des vidéos à format court de l’enquête de Noémie Roques, les pratiques hors ligne deviennent des ressources pour la production de contenus vidéos, constituant des ressources professionnelles ou de loisirs. Ensuite, nous avons souligné le rôle que peuvent jouer les propriétés sociotechniques des plateformes dans l’encadrement de la production et de la diffusion de contenus. Cet encadrement, comme le rappelle Émilie Bellonie, n’est toutefois pas à prendre comme une imposition unilatérale puisque les créateurs et les créatrices de contenus peuvent négocier et résister. Enfin, dans la lignée des travaux des années 90-2000 sur des notions telles que « l’extimité », cette session a développé une réflexion sur la créativité et la réflexivité avec laquelle les créateurs et créatrices de contenus sur internet mobilisent et rendent visible leur quotidien et leur intimité, et ce, dès l’adolescence. Ce constat prend toute son importance au regard de la centralité de la problématique de la vie privée relative au numérique et à internet.  


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Tristan Dominguez (20 décembre 2021). Retours de la Journée d’étude : comptes rendus et discussions. Les créateurs•rices de contenus sur Internet. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nbis


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.