Rendre visible. Acteurs et enjeux du streaming dans l’esport amateur

Par Samuel Vansyngel 

Les études sur les plateformes de streaming et de VOD (Twitch, Youtube) se sont souvent focalisées sur celles et ceux qui en tirent profit, au point d’en faire – totalement ou partiellement – leur métier (Dumont, ; Coavoux & Roques, 2020). Pour se démarquer dans un espace de concurrence forte, la stratégie principale consiste à construire une image « authentique » d’eux et d’elles-mêmes afin de proposer un contenu « original et unique » (Coavoux & Roques, 2020). Cette focalisation sur les parcours de professionnalisation des streamers et commentateurs font aussi échos aux discours qui insistent sur les possibilités offertes par ces plateformes. Or, il existe d’autres acteurs et d’autres sphères, qualifiés « d’amateurs » de la création de contenu audiovisuel qui ne semblent pas en tirer un profit, car l’image ordinaire de l’amateurisme les rapportent, au contraire des professionnels, à un désintéressement en finalité.

Cette communication s’intéresse donc à ces acteurs amateurs du streaming au travers de l’esport (compétition de jeux vidéo). Si ces acteurs ne vivent pas de cette activité, pourquoi streament-ils et commentent-ils des matchs et des parties de jeux vidéo en ligne ? Comment cette activité s’inscrit-elle dans le quotidien des amateurs dans l’esport ?

Pour répondre à ces questions, nous mobiliserons des données issues d’une ethnographie des équipes et des lieux compétitifs rassemblant les amateurs de l’esport. Au total, nous avons participé à plus de 65 compétitions, en endôssant tantôt le rôle de compétiteur et tantôt le rôle de commentateur des matchs en ligne, en passant par celui de coach d’équipe. Ce corpus se compose donc d’observations participantes, durant quatre ans (de 2013 à 2017), des tournois et de la vie quotidienne des équipes associatives de compétiteurs et de commentateurs amateurs.

Dans un premier temps, il s’agira de décrire les lieux, les situations et les acteurs (individuels ou collectifs) du streaming dans le monde associatif et amateur de l’esport. Cette description nous permettra de distinguer les différentes activités et contenus proposés par ces entités. Nous verrons ainsi les bricolages que chacun fait pour réaliser cette activité, de manière plus où moins imposée ou volontaire.

C’est pourquoi, dans un second temps, nous interrogerons les raisons et les justifications de l’activité aux travers de parcours individuels de certains compétiteurs et aussi des organisations de tournois ou d’équipes associatives. Les résultats de l’enquête montrent que les enjeux du streaming amateur comportent deux dimensions : l’une promotionnelle ; l’autre professionnalisante. La dimension promotionnelle permet avant tout aux collectifs (équipes, associations, tournois…) de financer leur entreprise bénévole de manière sporadique : réunir des lots où un chèque pour récompenser les compétiteurs ; défrayer les membres d’une équipe des déplacements et des inscriptions en tournois ; etc. Pour ce faire, les acteurs tentent de réunir des spectateurs (fanbase) afin de convaincre les potentiels sponsors de subventionner et/où de participer aux frais en échange de la publicité sur les réseaux. Si cette première dimension se réalise de manière plus sporadique ou est liée à l’organisation d’évènements, la seconde, au contraire, témoigne d’une ambition de subvenir à des besoins persistants – travail souvent réalisé dans des conditions de précarité où d’incertitude durant les études. Ainsi, faire du streaming sur internet est une façon de se faire (re)connaître, par les pairs, les organisations privées, pour leur propre compétence et pour le travail qu’ils achèvent déjà.

Finalement, l’observation des pratiques du streaming dans l’esport amateur donne à voir un monde en tension, entre une passion qui cherche à subvenir aux besoins de sa réalisation, et une recherche de professionnalisation. Pourtant, nous pouvons nous demander si cette stratégie de recherche de reconnaissance et de visibilité, pour soi et/où pour le groupe, n’est pas vouer à péricliter compte tenu des inégalités d’accès aux ressources. En effet, ces sponsors ont d’autant plus de probabilité d’être attribués aux professionnels qui tiennent déjà une position d’intermédiaire dominante dans cet espace.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.