Apprendre, consommer et performer un loisir : les adolescent-e-s et leurs “productions minuscules”.

Par Noémie Roques

Cette communication propose de s’intéresser aux productions amatrices des jeunes, y compris celles qui ne sont pas forcément destinées à la publicisation sur des plateformes socio-numériques. Les productions amatrices qui seront étudiées ici recouvrent des contenus médiatiques divers (photographies, vidéos, montages d’images et de vidéos, etc.) mais qui ont en commun de porter sur les loisirs des pré-adolescents et des adolescents. Ces productions peuvent parfois être des pratiques faibles (poster une photo Snapchat des vestiaires du rugby, filmer trois secondes de chorégraphie) ou des pratiques plus engageantes (filmer la séance d’entraînement de son cheval, montrer en vidéo ses différentes possessions virtuelles sur Fortnite). Ce qui semble cependant les rassembler, au-delà du support médiatique sur lesquelles elles sont majoritaires (le smartphone) et de leur producteurs (les pré-adolescents et les adolescents), est une volonté de communiquer autour de sa pratique de loisirs.

 Elles se caractérisent par des formats courts et sont porteuses d’enjeux hiérarchiques, réputationnels ou sociaux, de sorte à pouvoir être désignées comme des « productions minuscules ». Ce concept est construit à partir de celui de Dominique Pasquier, les savoirs minuscules (Pasquier, 2002).  Ces derniers font état de récupération et d’incorporation par des jeunes gens, notamment des jeunes filles, de manières d’être : manière de se coiffer, de se tenir, de s’adresser à l’autre genre. Ces savoirs constituent un répertoire des manières d’habiter le monde et d’y performer un genre (Balleys, 2017), une position sociale (Darmon, 2015), des sociabilités (Bruna, 2020; Clair, 2010), et ce en étant eux-mêmes discutés et transmis par les acteurs à travers certaines de leurs productions sociales. S’il est admis que la création est une première prise en compte du regard du spectateur potentiel, et qu’elle est socialement et temporellement située, ce qu’elle met en scène peut être analysé comme réponse – ou résistance – aux injonctions normatives des pratiques de loisirs. Que nous apprend l’étude de ces contenus, ainsi que leurs destinataires, de la manière dont les adolescents perçoivent et performent leurs loisirs ? Comment répondent-ils aux différentes normes, à la fois des plateformes et des loisirs, lorsqu’ils produisent ? Que montrent-ils, ou au contraire, ne montrent-ils pas ?

Cette communication se fonde sur une partie du matériel recueilli durant l’enquête de terrain de ma thèse de doctorat, soit 22 entretiens semi-directifs (+6 de revisite) avec des enfants et adolescents entre 6 et 18 ans, des observations participantes et non participantes (sur 13 mois discontinus sur le terrain), et un corpus de productions rendues publiques par les adolescents (39 comptes socio-numériques suivis). Le nombre restreint d’enquêtés a favorisé la démarche ethnographique, en permettant l’étude fine des dynamiques sous-tendant la création de contenu souvent à seul destination de l’entourage proche (pairs et famille dans une moindre mesure).

Dans un premier temps, nous montrerons comment les productions intègrent les normes de présentation de leur loisir, mais également de soi en tant que pratiquant. Nous verrons ensuite que ces productions, en ajustant lesdites normes et injonctions à leur contexte de pratique, témoignent d’une triple interdépendance entre la consommation, l’exercice et la production. En effet, malgré le poids des cadrages, il apparaît que les jeunes pratiquants s’approprient et proposent d’autres modèles de pratique. Dans un second temps nous nous intéresserons à l’ancrage de ces productions dans les sociabilités de groupe, pour comprendre pour quelles raisons certaines restent cachées au groupe de pairs.

Bibliographie

Balleys, C. (2017). L’incontrôlable besoin de contrôle. Les performances de la féminité par les adolescentes sur YouTube. Genre, sexualité & société, 17. https://doi.org/10.4000/gss.3958

Bruna, Y. (2020). Snapchat à l’adolescence : Entre adhésion et résistances. Réseaux, N°222(4), 139. https://doi.org/10.3917/res.222.0139

Clair, I. (2010). 3. France. Des filles en liberté surveillée, dans les espaces ruraux et périurbains aujourd’hui: In Les jeunes et la sexualité (p. 321‑329). Autrement. https://doi.org/10.3917/autre.blanc.2010.01.0321

Darmon, M. (2015). Classes préparatoires. La fabrique d’une jeunesse dominante. La Découverte; Cairn.info. https://www.cairn.info/classes-preparatoires–9782707186287.htm

Pasquier, D. (2002). Les “savoirs minuscules”. Le rôle des médias dans l’exploration des identités de sexe. Éducation et sociétés, 10, 35‑44.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.